Courses camarguaises

Course camarguaise

La course camarguaise est un sport dans lequel les participants, appelés raseteurs, tentent d'attraper des attributs primés fixés au frontal et aux cornes d'un taureau, appelé aussi biòu (bœuf en provençal). C'est un jeu très sportif, sans mise à mort, typique d'une partie des Bouches du Rhône et du Sud-Ouest.

Le déroulement d’une course camarguaise se fait selon un rituel immuable. En premier lieu, les raseteurs défilent sur l’air de Carmen, saluent le public et la Présidence (jury composé d’un président et de deux assesseurs qui veillent au respect des règles de la course et annoncent les primes), c’est ce qu’on appelle la Capelado (capel signifie chapeau en Languedocien).
Au premier coup de trompette, la porte du toril s’ouvre et le premier taureau s’élance dans l’arène. Il dispose alors d’une minute pour effectuer la reconnaissance du lieu et s’habituer à la lumière du jour.
Au deuxième coup de trompette, les raseteurs, tout en blanc, peuvent commencer à enlever les attributs avec leur crochet. Cette partie de la course dure 15 minutes. L’enlèvement des attributs se fait toujours dans le même ordre : la cocarde, les glands, le frontal et les ficelles. Une fois ôtés, ils sont comptabilisés et permettent aux raseteurs de totaliser des primes et des points. C’est le président qui annonce la valeur initiale des primes et monte ensuite les enchères. Les primes sont offertes par les sympathisants des clubs taurins, mais aussi par toute personne le désirant.
Les raseteurs sont aidés par les tourneurs, également vêtus de blanc, mais dépourvus de crochet, dont le rôle est de placer le taureau, en l’attirant dans la position la plus favorable pour le travail du raseteur.
La technique du raset consiste à aller à la rencontre du taureau, à s’approcher au plus près de la tête de l’animal, et ensuite à se dégager le plus rapidement possible, puis à franchir les barrières disposées autour de la piste des arènes.

Finale du Trophée des Maraîchers
Finale du Trophée des Maraîchers

accès